cazh-CNendeeliwhiiditjakoptrues

     

 

   Le duché de Roncenoir était un petit territoire se situant dans des collines ombrageuses au nord du Royaume de Meruvia. Inféodé au royaume depuis sa création, ce qui remontait à l'époque du grand-père du duc actuel, le fief de Roncenoir s'était, depuis quelque temps déjà, détaché de la tutelle plutôt faible il faut le dire, de la capitale Ethyria.

   Le duc Norbert qui était un homme plutôt grand de taille et solide comme un roc, se révélait être un individu dur et cruel. Tout, dans le visage taillé à la hache de ce personnage d'une quarantaine d'années environ, dénotait une grande froideur qui pouvait glacer le sang de n'importe lequel de ses interlocuteurs. Le duc n'avait pas beaucoup d'états d'âme envers son peuple ; il pouvait tout aussi bien récompenser par une somme d'argent non négligeable un service rendu par l'un de ses lieutenants ou passer par le fil de l'épée quiconque aurait mal exécuté un ordre reçu. Bref, toutes les marques de déférence presque exagérées que lui montrait sa suite étaient plus provoquées par la crainte de ses réactions brutales plutôt que par le respect dû à Monseigneur le duc.

   Norbert de Roncenoir avait une solide réputation de guerrier et de combattant. Celle-ci lui avait été acquise au cours de nombreuses guerres menées pour son propre compte ou au nom du royaume. Pendant la dernière guerre contre les Orques de Gurlash il y a une quinzaine d'années, il permit au roi Ethan de remporter la victoire de justesse lors de la bataille de la Vallée Obscure dans le nord du royaume. Ethan, qui venait de monter sur le trône à peine âgé de vingt ans, était peu versé dans l'art de la guerre. Il s'était laissé prendre à revers par une centaine d'arbalétriers orques qui déversèrent une pluie de carreaux dans le dos de l'armée royale. Sans l'intervention de la cavalerie du duc -lui-même âgé à peine de plus vingt-cinq ans à l'époque - qui bouscula l'ennemi, l'armée du roi aurait subi une lourde défaite et pis encore, cela aurait ouvert les portes du royaume à l'envahisseur qui sans nul doute aurait fait subir de terribles atrocités à tout son peuple.

   Si après plusieurs heures de combat acharné, Gurlash et le reste de ses troupes quittèrent le champ de bataille en grande débandade, en réalité, ce ne fut qu'une demi victoire pour le royaume car les pertes furent nombreuses dans les rangs de l'armée du roi mais également parmi celle du duc. Celui-ci en garda une rancune tenace à Ethan, comprenant que le roi était trop faible pour rester sur le trône et pour continuer d'assurer la sécurité du royaume. Dès lors, dans son esprit, germa une idée folle, la couronne royale n'était décidément pas posée sur la bonne tête mais devait revenir à un homme bien plus aguerri, c'est à dire lui-même. Il ferait tout pour parvenir à ses fins, cela prendrait le temps qu'il serait nécessaire afin de réaliser son ambition mais lui, Norbert, duc de Roncenoir, deviendrait le treizième roi de Meruvia, que cela plût ou non aux dieux et à la noblesse en place à Ethyria.

 

                                                                                                                            *  *  *

 

   Bien des années passèrent mais jamais le duc n'oublia son désir tenace de devenir le roi de Meruvia et de porter au plus haut la puissance de son nouveau royaume.

   Il faillit réussir une première fois lors de la naissance du premier fils d'Ethan. Quelque temps plus tard, une journée fut décrétée jour de joie et de réjouissances dans tout Meruvia. Les vassaux du royaume furent invités en grande pompe afin de participer aux nombreuses fêtes que donnait le roi. Un grand nombre de seigneurs se présentèrent aux portes de la ville accompagnés d'une plus ou moins nombreuse suite d'hommes en armes. Monseigneur de Roncenoir, également invité, arriva par devant Ethyria à la tête d'une troupe plus qu'imposante, mais le roi Ethan, dont la méfiance envers le duc s'était fortement accrue depuis les mois qui suivirent la bataille de la Vallée Obscure, décréta que tous les vassaux ne pouvaient participer à la fête qu'accompagnés seulement d'une dizaine de leurs généraux et lieutenants.

   Norbert de Roncenoir comprit qu'il venait de perdre sa première occasion de renverser le roi mais, rongeant son frein en silence, il pensa que ce n'était que partie remise. Dès cet instant, le duc comprit que la ruse plutôt que la force allait lui permettre de parvenir à ses fins.

   Il s'entoura d'un réseau d'espions et d'hommes de main sans foi ni loi qu'il paya grassement et les envoya dans la capitale afin de soudoyer un maximum de hauts dignitaires et personnages de la maison du roi ainsi que quelques commandants influents au sein de l'armée. Petit à petit, après quelques années, Ethan perdit du prestige auprès de ses vassaux tandis que le filet tissé autour de la maison royale se resserrait lentement.

   Quelques jours précédant les meurtres des membres de la famille royale à Ethyria, Norbert, dans son château de Roncenoir, tenait un important conseil avec les membres les plus importants de la suite ducale.

   La lune était sombre et triste. Une interminable averse se déversait sans discontinuer sur un sol détrempé depuis plusieurs jours. De temps en temps, quelques éclairs plus ou moins violents, déchiraient le ciel et laissaient brièvement apparaître les tours du château qui se profilaient alors telles des visions fantômatiques dans un ciel en colère.

   Le château n'était pas très vaste. Très bien situé sur un promontoire difficile d'accès, il pouvait résister à une attaque d'une puissante armée mais bien plus que son aspect extérieur, c'étaient les histoires étranges que faisaient courir à son sujet les habitants et les paysans des villages environnants qui retenaient l'attention. Le plus effrayant de ces racontars était que le duc, habitué de certaines soirées où se mêlaient magie noire et hystérie collective, aurait vendu son âme au dieu des enfers Baal par l'intermédiaire de son sorcier, Arethos le damné, et ce, en échange d'un pouvoir que nul être terrestre n'aurait pu lui ravir.

 

                                                Très bien situé sur un promontoire difficile d'accès, il pouvait résister à l'attaque d'une puissante armée...

 

   Cette nuit-là donc, le duc paraissait particulièrement énervé et sa voix tonnait d'une voix sourde :

   - Eh bien, quelles sont les nouvelles d'Ethyria, avez-vous reçu les derniers rapports de nos espions ? La prise du pouvoir de la capitale doit impérativement se faire cette semaine, sans quoi certains d'entre-vous iront pourrir dans le donjon du château...

   Le commandant Valère, chef des armées du duc, récapitula d'une voix peu rassurée le dernier plan envisagé.

   - Le coup d'état se présente parfaitement. Nos hommes sur place ont préparé le terrain depuis longtemps. La fidélité au roi s'est grandement amoindrie depuis que notre or a renfloué les poches de nos fidèles alliés. Plus rien désormais ne vous sépare du trône, Monseigneur.

   Un lieutenant de la garde ducale se risqua à ajouter :

   - Dans trois jours, nous profiterons de la rénovation de l'autel de la déesse d'Ethyria, pour laquelle un grand nombre de personnes rejoindront la ville pour prier Aziza. Tout ce mouvement de foule ajoutera à la confusion générale, les gardes soudoyés laisseront passer nos hommes et votre destin pourra s'accomplir.

   Le duc sembla satisfait des réponses de ses subordonnés mais se retourna tout-à-coup vers un petit personnage chétif dont les yeux semblaient briller tels des braises ardentes.

   - Et que dis-tu, toi Arethos, maudit sorcier d'entre les maudits, as-tu reçu les dernières confidences du dieu Baal ? Suis-je toujours son protégé ?

  - Plus que jamais, Monseigneur, répondit le petit homme d'une voix mielleuse, je me rendrai moi même à Ethyria le jour dit pour ajouter de la confusion à notre petite surprise.

   Satisfait, le duc congédia ses conseillers et se coucha fort tard, les événements de ces derniers jours parcoururent longtemps son esprit, l'empêchant de trouver rapidement le sommeil. On lui avait rapporté que les Orques de Braniek, le fils de Gurlash avaient brûlé quelques villages au-delà de la frontière nord de Roncenoir, près des monts enneigés de la chaîne de Nordeloor. A l'ouest de Meruvia, quelques tribus gobelines avaient pillé un ou deux sanctuaires dédiés aux dieux et recouraient de temps en temps à de timides infiltrations à l'orée du territoire ducal. Si ces deux clans s'alliaient, il en résulterait certainement une nouvelle guerre en perspective, une guerre encore plus sauvage que la première. Faudrait-il demander l'aide des Elfes cette fois ? Les Blanpeaux étaient en effet les ennemis naturels des orques et des gobelins. Cependant rien n'en était moins sûr car Norbert se méfiait tout autant de ces ''peaux blanches'' des forêts de l'Est situées au delà des Landes Sombres...

   Il allait devenir le roi de Meruvia, renforcer son pouvoir et son armée, et cela seul comptait pour l'instant.


   

 

Connexion

CoalaWeb Traffic

Today68
Yesterday148
This week540
This month4139
Total1526409

28/01/21